Arquivo da tag: Récursivité

Récursivité

La plupart des théories ne font pas grand cas de la récursivité et n’y voient qu’un effet, bientôt comique, de rallonge: a de de de de e… qui se détruit de lui-même. Et, de fait, cette figure par elle-même ne signifie pas grand-chose. Nous aimerions montrer que, rapportée à l’espace tensif, la récursivité a des vertus cachées. Nous commencerons par rappeler que la syntaxe intensive enchaîne en ascendance le relèvement et le redoublement, en décadence l’atténuation et l’amenuisement. Nous savons par ailleurs que la syntaxe est contrôlée par la tension entre l’implication et la concession. Si nous rabattons l’une sur l’autre ces deux données, nous sommes fondé à dire qu’en ascendance l’on passe par implication doxale du relèvement au redoublement, comme l’on passe de l’imperfectif au perfectif dans le dessein de pallier une insuffisance. La suffisance étant réalisée, il est clair que tel qui entend pousser au-delà le fait par concession, défi ou provocation ; c’est dire qu’il exerce, en redoublant le redoublement, ce que l’on pourrait appeler son “droit imprescriptible” à la récursivité; en se comportant de la sorte, il entend accomplir un dépassement. Soit le système suivant:

 recursivite

De cet exercice de la récursivité, la seconde strophe du Poison de Baudelaire fournit un
exemple insigne :

L’opium agrandit ce qui n’a pas de bornes,
Allonge l’illimité,
Approfondit le temps, creuse la volupté,
Et de plaisirs noirs et mornes
Remplit l’âme au delà de sa capacité.

La seconde vertu sémiotique de la récursivité réside dans le fait qu’elle est au principe du partage même des modes d’efficience en ce sens que le survenir la rejette absolument, tandis que le parvenir l’exige. Nous l’avons vu plus haut en faisant état de la représentation du travail selon Baudelaire. Ce fragment de Fusées est encore plus explicite: «Un peu de travail, répété trois cent soixante-cinq fois, donne trois cent soixante-cinq fois un peu d’argent, c’est-à-dire une somme énorme. En même temps, la gloire est faite.» (Œuvres complètes, p. 1200). Baudelaire a conscience de l’ambivalence propre à la récursivité: on peut considérer l’exercice de la récursivité comme une sémiotique implicite: la répétition relèverait du plan de l’expression et ne signifierait que la reproduction; elle est déceptivecomme l’indique le tryptique fameux: “boulot-métro-dodo”, mais la récursivité a pour plan du contenu l’additivité: chaque «peu d’argent» péniblement obtenu s’ajoute aux précédents et finit par produire une «somme énorme». Baudelaire montre une conscience aiguë de l’inconciliation des modes d’efficience. Dans le domaine esthétique, l’identification du “beau” et du “bizarre” – «Le Beau est toujours bizarre.» – fait prévaloir le survenir, mais ailleurs Baudelaire rappelle la prééminence éthique du parvenir: «Etudier dans tous ses modes, dans les œuvres de la nature et dans les œuvres de l’homme, l’universelle et éternelle loi de la gradation, des peu à peu, du petit à petit, avec les forces progressivement croissantes, comme les intérêts en matière de finances. Il en est de même dans l’habileté artistique et littéraire; il en est de même dans le trésor variable de la volonté.» (Œuvres complètes, pp. 1226-1227).

(voir concessionimplicationdémarcation)